Il réclame d’être interné à l’HP et termine en prison

18921787_1558372667530043_555957594831506606_n

Montpellier Poing Info, le 10 juin 2017 – Le 6 juin dernier, le tribunal correctionnel de Montpellier, lors d’une séance de comparution immédiate, a décidé du sort d’un quarantenaire en 15 minutes seulement.

Cet homme sort de prison le 29 mai où il vient de purger une peine de trois mois pour « apologie du terrorisme ». Quatre jours plus tard, il se rend à l’hôpital de Montpellier pour demander à être interné. Une psychologue refuse et c’est là que les versions divergent. Selon la police, l’homme aurait dit : « j’ai plein d’explosifs à la Paillade, je vais commettre un acte terroriste si vous refusez de m’hospitaliser » tandis que selon son avocat, il aurait « menacé de mettre fin à ses jours avec des grenades ». L’homme n’avait rien de dangereux sur lui, et après vérification de la police, il ne détient aucune arme à son domicile. Il est désespéré et a déclaré pendant son audition au commissariat : « j’en ai marre de la vie, mon existence n’a pas d’intérêt sans hospitalisation ». Le procureur reconnaît que la prison ne lui a « visiblement pas servi de leçon » et réclame dans la foulée 18 mois de prison dont 6 avec sursis pour « menace sur personnel hospitalier », alors qu’aucun soignant n’a porté plainte contre lui.

Le quarantenaire sera finalement condamné à 10 mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Et ce sont ces mêmes juges et procureurs qui se diront concernés par la prévention du suicide en détention.

Share on FacebookPartager
Mis en ligne le 10 juin 2017