Les opposants à l’éolien industriel arrêtés hier à Saint-Affrique et Camarès ont été relâchés

Montpellier Poing Info, le 26 janvier 2018 – Hier, le Poing relayait un communiqué de l’Amassada (collectif en lutte contre l’éolien industriel et le transformateur de Saint-Victor-et-Melvieu) qui faisait état de 16 militants arrêtés par les gendarmes au petit matin. Le collectif a publié aujourd’hui un nouveau communiqué :

« Hier nous étions 13 à passer la journée en garde à vue. Pour certains réveillés, d’autre pris dans leur bergerie, d’autre menottés devant l’école où vont leurs enfants… Les gardes à vues se sont déroulées dans les différentes gendarmeries du nord aveyron (Bozoul, Marcillac, Rodez, Laissac, Villefranche de rouergue, Capdenac, Séverac, Salle-curan,…), avec des conditions différentes selon les enquêteurs.

Une opération politique qui encore une fois ne fait preuve d’aucune mesure, avec jusqu’à quinze gendarmes pour une maison, dont certains casqués avec des gilets de protection, et un réveil des enfants à la lampe torche dans leur chambre. Parmis les gendarmes se trouvaient aussi des unités d’officiers de la Brigade de Recherche de Rodez qui ont plutôt l’habitude d’enquêter sur des crimes. Jusqu’où vont-ils pousser le ridicule et la démesure pour empêcher la contestation de l’implantation catastrophique d’éoliennes en occitanie ?

Les gardes à vues se sont toutes simultanément terminées vers 16H30, nous libérant sans qu’il ne nous soit rien signifié d’autre. Pour l’instant aucune mise en examen ou autre procédure n’est à déplorer. Il apparrait clairement que cette opération vise à effrayer ceux et celles qui pourraient nous rejoindre, à faire le spectacle de l’autorité après l’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Nous ne nous laisserons pas intimider de la sorte et nous continuerons à défendre nos terres contre les promoteurs et autres aménageurs sans scrupules.
Face à la prétendue légalité de RTE, de Théolia et de tout les autres groupes industriels, nous opposerons la légitimité réelle des habitants. Face aux logiques financières destructrices, nous ouvrons des pistes vers des mondes « écologiques ».
A Saint Victor comme à Crassous : Résistance ! Pas res nos arresta! Rendez-vous demain (samedi 27) à l’Amassada (saint victor) à 14h30 pour continuer la lutte. »

Share on FacebookPartager
Mis en ligne le 26 janvier 2018