Ligue du Midi : serias d’agressions impunidas dins las Cevenas

Château d'Isis, résidence familiale des Roudier

Château d’Isis, résidence familiale des Roudier

Un Clan 100% racista

L’istòria dels Rodièr, aquò es çò primièr la del cap de familha : Richard Rodièr. Nascut a la fin dels ans 1940 a Besièrs, se politiza al près dels arquis de sa vila natala abans de jónher dins los ans 1960 la Fédération des Étudiants Nationalistes (F.E.N.), un movement neo-fascista. Participèt puèi al començament dels ans 1970 a la bastison de Pòble d’òc, movementòt que se presentava coma occitanista e «autogestionari», per fin de manténer un cèrt embolh e ensajar aital d’infiltrar los mitans esquerristas, sens capitar ben. Sus la fin dels ans 1980, lo patriarca se crompa lo castèl d’Isis, dins la comuna de Sant-Julian de Nau, a dos passes de Sumena, per se consacrar a l’educacion de sos filhs : Olivier e Martial Rodièr. En 1998, los dos fraires jonhon lo grop Unité radicale que sos eslogans daissan pas gaire de plaça al dobte : « Mouloud, touche pas à ma race, les Françaises aux Français ». L’experiéncia es brèva d’abòrd qu’en 2002, Unité Radicale se dissolguèt après qu’un de sos sòcis agèt ensajat d’assassinar Jacques Chirac. Lo paire amb los filhs Rodièrs s’acampan alara amb los militants descasuts per crear lo Bloc identitaire e lo Comité d’Entraide aux prisonniers Européens (C.E.P.E.) que Richard Rodièr ne ven president.

matthieu-clique-richard-roudier-christophe-pacotte

Olivier Roudier (à gauche), Richard Roudier (avec la moustache), Mathieu Clique (à droite), incarcéré pour avoir rendu hémiplégique un étudiant chilien


Sosten als criminals de la drecha-extrèma

Creat en 2002 a Nimes, lo C.E.P.E. organiza lo sosten financièr pels cases pus desesperats de la drecha-extrèma. Lo comitat ajudèt per exemple Maxime Brunerie, lo qu’ensagèt d’assassinar Jacques Chirac,o Michel Lajoye, militari vièlh encarcerat après aver pausat una bomba dins un cafè arabe. Ajudèt tanben de mond coma Fanny Truchelut, proprietària d’ una cochada, condemnada per aver refusat que dintrèssen de femnas veladas dins son establiment, o Israel Galve Maldonado, falangista espanhòl implicat dins una aganta amb de militants d’esquèrra. En 2009, pendent un acamp del Bloc Identitaire a Aurenja, lo C.E.P.E. vend a son taulièr de cartas postalas amb lo retrach de Pétain, de Saint-Loup (ancian waffen SS) e del collaboracionista Brasillac. Lo Bloc Identitaire pren alara son escart amb lo C.E.P.E. e lo paire Rodièr lèga l’estructura a son filh Martial. Lo C.E.P.E ven Entraide et solidarité e aqueste serà especialament mobilizat per Esteban Murillo, enculpat del murtre de Clement Méric, o pel quite Martial Rodier. Fòragitat pel Bloc Identitaire, Richard Rodièr pausa lo mes de genièr de 2011 a la prefectura del Vigan los estatuts de la Ligue du Midi.


Desbranda electoralas

Oficialament, l’objècte de la Ligue du Midi es de « concourir à l’expression démocratique en Languedoc Roussillon en assurant la promotion des identités historiques et des libertés publiques des habitants de cette région ». La rubrica « qui sommes-nous » de lor site internet es pas tant ambigüa : « La Ligue représente et défend les de souche […] Nous avons choisi de préférer les nôtres avant les autres […] Nos solutions : exiger l’accroissement du contrôle des clandestins et généraliser la question de leur profil ADN. […] Créer une garde territoriale armée avec un noyau dur d’anciens militaires, policiers, gendarmes, pompiers mais complétée par des jeunes réservistes, des chasseurs, des sportifs et des patriotes en général ». Per que s’aplique aquel programa tan joiós, la Ligue du Midi ensaja d’en primièr la pista institucionala. A las eleccions regionalas de 2010, ja jos l’apellacion Ligue du Midi, lo Bloc Identitaire presentèt una lista menada per Richard Rodièr, que faguèt 0,68%. Per las cantonalas de 2011, foguèt lo filh, Olivier Rodièr que se presentèt sus una lista que la pòrta alara una Ligue du Midi emancipada del Bloc Identitaire, solament, pecairòt, nòste Rodièr passèt pas los 2%. A las legislativas de 2012, dins Gard, paire et filh s’anauçan respectivament a 0,54% e 0,27%. Enfin, per la senatorialas de 2014, la femna de Richard Rodièr, Maryvonne, se fa portar candidata pel Rassemblement National Force Vie, e amassa pas que sèt sufragis.


Sieg heil, coteladas, accions còp-de-ponhs

Una familha que de longa se sap faire remarcar. A una fèsta municipala a Sant-Nazari-de-Pezan, Olivier Rodièr aviá bramat aital davant lo cònsol de la comuna en fasent de saluts nazis : « On vient chasser les Arabes! Ratons, bicots, les Arabes dehors! On est chez nous, on va tous vous crever ». Per aquò foguèt condemnat lo 26 de junh de 2012 a sièis meses de preson. Son fraire Martial foguèt condemnat lo 13 de junh de 2013 a quatre ans de preson (dos ans amb sursís) per aver escotelat de per darrièr un jove militant antifascista de 16 ans lo 20 de setembre de 2008 pendent la fièra de vendémias de Nimes. Las provocacions coma las violéncias son, d’un biais general, la matritz de las accions que menan lo vintenat de militants de la Ligue du Midi. Agression d’un elegit de Bessans que veniá de levar una garba « identitària » d’al pè d’una estatua, irrupcion dins un supermercat per vojar las laissas halals e las romplir de porcalha, ataca a còps de cadena de fèrre contra de militants L.G.B.T. (lesbian-gai-bi-trans), patrolha de nuèch « anti-racaille » per las carrièras de Montpelhièr e darrièrament, lo mes de junh de 2017, saquejament d’una associacion en ligam amb de migrants – que per aqueste fach condemnèron Olivier Rodièr a un mes de preson. A las accions racistas e omofòba s’apondon tanben una especialitat de la Ligue du Midi : la caça dels « rabasses ».

martial roudier

Martial Roudier, en polo bleu, en train de frapper un élu de Bessan (photo : Midi Libre)


« Rabàs, tu pousses comme une plante, et un jour on va te cueillir »

Lo mes de julhet de 2013, un desenat de militants de la Ligue du Midi pausan un bandairòla « Maître chez nous » a la dintrada del vilatge de Sumena. L’accion que la reivindica lo « mouvement anti-rabàs » aviá per tòca de s’opausar als « milliers de bobos, gauchos et punks à chiens » qu’anavan a las Transes Cévénoles, festenal de musica que se ten cada an a Sumena, a dos passes del castèl dels Rodièrs. Contactada per Le Poing, l’organizacion del festenal parla d’un « historique chargé » amb la Ligue du Midi e d’un « sujet sensible ». Clara, abitanta de Sumena, es pas tan paucparla : « Lo 23 de Julhet de 2017 a 5h de la nuèch, après lo festenal, èri amb una amiga per las carrièiras de Sumena e tot amb un còp ausissi de per darrièr “Hey, tu !” e Pam ! Me preni sabi pas quant de cacha-morres de la part d’Olivier Rodièr. Recacèri tanben una gròssa mòca per un collèga sieu, tan espatlut coma espés. I vesiá pas pus ren, las aurelhas me bronzinavan, e lo crane me faguèt mal per darrièr l’uèlh pendent tres setmanas. » Aude, l’amiga de Clara, confirma la scèna : « Del temps qu’Olivier Rodièr donava de còps de ponhs a Clara, un autre tipe me fotèt per costat e puèi per dessús lo cabucèl d’una pobèla. » Clara representa tot çò que los Rodièr pòdon pas veire : es maire celibatària d’un dròlle mestís, e mai aubèrga un migrant. Son testimoniatge fa paur : « Dos jorns après que m’agèron picada, a ma filha de 11 ans, que tornava a l’ostal, Olivier Rodièr la seguiguèt sus 200 mètres, en autò en l’agachant amb un aire amenaçós. Coma arribava al sulhet, el se metèt a accelerar per la carrièira coma un caluc. Quand ma filha dintrèt dedins, s’ajacèt per las rajòlas e despuèi vòl pas pus sortir defòra. […] Ara amb la distància, m’a sovengut de còps que los enfants me diguèron qu’Olivier Rodièr los escridassava dins de sa veitura :“Rabàs, butas coma una planta, e qualque jorn te culhirem. Al començament, me semblava ren que piòt, mas après aquelas agressions, aquò pren un autre sens ».

 


Quand Olivier Rodier se passejava armat dins Sumena

Aqueles espauriments semblan fòrça regulars, coma o atèsta aquela letra signada per d’abitants de Sumena, que descriu una scèna tan borlesca coma espaurugaira : « Lo 15 d’agost de 2014, cap a 23h, un joine d’unes 18 ans venguèt demandar d’ajuda al monde que s’encapavan a la terrassa del bar […] a l’ocasion de la fèsta votiva, perque de tipes atacavan son amic qualques mètres mai luènh, vèrs lo burèu de tabat. Lo grop de la terrassa se mudèt d’aquí al burèu de tabat e i trapèt Olivier Rodièr, que semblava enchichorlat, que s’agantava amb un joine tot escàs major. Aqueste li agèt lèu lo dessús, e arribèt a desarmar lo cotèl qu’Olivier Rodièr brandissiá e a metre aiceste pel sòl. Après aver recaçat qualques còps per sòl, Olivier Rodièr se’n tornèt a son apartament […]. Passat un dezenat de minutas, Olivièr Rodièr ne sortiguèt e passèt per davant la terrassa del bar, l’aire enfuronit, en tenguent a bèls uèlhs vesents un pistolet, e anava devèrs las festivitats de la fèsta votiva […]. A aquel moment, de personas presentas sonèron la gendarmariá de Sumena per senhalar çò que veniá de se passar jos nòstres uèlhs, e que Olivièr Rodièr passejava per carrièiras a Sumena amb una arma a la man. Mièja ora pus tard, Olivièr Rodièr tornèt passar per davant la terrassa del bar, encara amb una arma en man, en tornant en cò sieu […]. Unes tres quarts d’ora après èstre avisats, los gendarmas se presentèron al domicili d’Olivier Rodièr, que s’i ausiguèron respondre per Mma Rodièr que son òme demorava pas pus aicí e qu’i èra pas, e mai de testimònis agèsson confirmat qu’Olivier Rodièr èra a son ostal. […] Sus aquelas entremièjas, los gendarmas se n’anèron ».

Olivier Roudier

Olivier Roudier


Los planhs del mond atacats menan pas a res

Los elegits locals coneisson de segur los actes dels Rodièrs. Lucas Faidherbe, cònsol ecologista de sant-Julian-de Nau e proprietari d’un camping al ras del castèl dels Rodièrs, s’es poscut mainar en persona de las malafachas dels Rodièrs : « Recebèm per exemple de joves de banlèga, e los Rodièrs venguèron entrò dedins lo camping per los insultar e los menaçar. E quand las fòrças de l’òrdre venon, nos donan tòrt a totes dos amb los Rodièrs ! ». L’ecologista Geneviève Blanc, conselhièra departamentala del canton d’Alès 1, decidiguèt d’alertar las autoritats : « Ausiguèri parlar d’aquelas agressions, mai que mai de la de Clara, e n’avisèri lo cabinet de la prefectura de Nimes lo mes d’agost de 2017. Al sos-prefècte del Vigan l’alertèron tanben d’elegits departamentals, mas aqueles avertiments, coma los planhs de las personas atacadas, menan pas enluòc. Es qu’en tant qu’elegits locals, sèm desprovesits, e l’Estat reagís pas ». De son costat, la comuna de Sumena « ne souhaite pas communiquer sur la Ligue du Midi ».


Esquichada d’una ensenhaira

Aquela impunitat acaba de convéncer los Rodier que per de bon son « maîtres chez eux » a l’entorn de lor castèl. Se’n prenguèron tanben darrièrament a una regenta de l’escòla de Sumena que li publiquèron sus lor site de la Ligue du Midi son pichòt nom e l’iniciala de son nom, per, segon l’autor de l’article, « alerter les parents » qu’als corses d’aquela regenta, « aucune place n’est faite pour que les enfants envisagent un quelconque effet négatif dans la perception de l’immigration ». Contactada per le Poing, una foncionària de l’escòla nos confirmèt que la publicacion d’aquel article « a portat còp a totes, a mes un marrit ambient e fot la petola que sabèm de qué son capables ». D’après nòstras informacions, l’afar es montat d’aquí a l’inspector d’acadèmia de Gard que, per ara, encara a pas reagit.


Errància ideologica, impoténcia politica

Aquelas esquichadas e aquelas agressions enfangan la Ligue du Midi dins un folklòre fascista que los arrecantona a la marginalitat politica. « los que son mai d’esquèrra los coneisson per adversaris mas los de drecha, e mai los que vòtan FN, coneisson pas la Ligue du Midi » remarca l’elegit local Geniève Blanc. Lo cònsol de Sant-Julian se remembra tanben que « Los Rodièrs ensagèron de mobilizar un pauc de monde, lo mes de novembre de 2016, contra l’installacion de centres d’aculhença de migrant a Sant-Bausèli, solament marchèt pas, arribèron pas a mobilizar lo monde. E mai amb lors collègas de Nimes, de Montpelhièr e de Lunèl, encara son pas qu’un vintenat. » Aquela incapacitat per recrutar de sòcis novèls empacha la Ligue du Midi d’obrar publicament. La darrièra manifestacion qu’organizèron, al mes d’octòbre de 2016 a Montpelhièr, amassèt un centenat de personas, mai que mai de militants de la drecha-extrèma venguts d’autras regions. Fin finala aquela manifestacion se tresmudèt en acamp immobil de çò qu’èran tanben presents mai d’un centenat de militants antifascistas. Aquela manca de militants fòrça la liga a se virar cap a d’accions « espectaclosas » aisidas de realizar e generadoiras de « buzz », mas pasmens la portada politica d’aquelas accions demòra pro anecdotica. Aquela impoténcia explica qualque errància ideologica : un jorn convencuda que cal « reconstituer des micros contre-sociétés de proximité hors-système » dins lo biais de las Brigandes, sècta musicala de drecha-extrèma establida a Salvetat-sus-Agot, la liga publica qualque autre jorn un article per afirmar que « la seule question sérieuse qui se pose est celle de la prise du pouvoir et de ce qu’il faudra en faire ». Pasmens, malgrat lor fragilitat estructurala, los Rodièrs e los militants de la liga demòran potencialament dangeiroses coma o mòstra los testimoniatges novèls d’agressions fisicas expausats aicí dessús.

Al mes d’octòbre de 2012, mai de 200 personas s’acampèron sus la plaça principala de Sumena per « refuser de laisser s’instaurer la haine et la violence dans ce village que nous aimons » e faire encapar als Rodièr e la liga que son pas maître chez eux, a Sumena e mai endacòm mai. Quora se farà un eveniment public novèl sus la plaça del vilatge ?

Texte de Jules Panetier Jimenez, traduction de L.Q.

Contacté par le Poing, Richard Roudier reconnaît « avoir été nationaliste » mais récuse aujourd’hui l’étiquette d’extrême-droite, qu’il juge « réactionnaire », et se définit simplement comme un militant « identitaire ». Il « n’a rien à dire » concernant les agressions mentionnées par cet article et accuse l’extrême-gauche de « servir le pouvoir en place et les multinationales ».

La Ligue du Midi en train de célébrer « Sol Invictus », divinité orientalisante de la Rome antique dont le nom signifie « Soleil invaincu ».

Ligue du Midi

Expulsion de la Ligue du Midi lors d’une conférence sur la situation politique en Catalogne, le 9 janvier 2018 à Montpellier :

Sources :

Un clan 100% raciste

– Les éléments biographiques de la jeunesse de Richard Roudier sont pour l’essentiel extraits de son autobiographie Le Glaive et la Charrue, publiée en 2013. Lire l’article de la Horde pour en savoir plus.
– Poble d’Oc : « Des mémoires d’avenir enracinés et combattantes par Georges Feltin-Tracol », Europe Maxima, 16 février 2014
– Unité radicale : « « Vol au-dessus d’un nid de fachos » : enquête sur les réseaux d’extrême droite du Midi », Midi Libre, 15 février 2014
– CEPE : « Mort de Clément Méric : la mystérieuse caisse de soutien aux condamnés d’extrême droite », l’Humanité, 15 juin 2013

Soutien aux criminels d’extrême-droite

– Personnes soutenues par le CEPE : « Mort de Clément Méric : la mystérieuse caisse de soutien aux condamnés d’extrême droite », l’Humanité, 15 juin 2013
– Dépôt des statuts de la Ligue du Midi à la sous-préfecture du Vigan : Journal officiel des associations

Déroutes électorales

– Statuts de la Ligue du Midi : Journal officiel des associations
– Résultats des élections régionales de 2010 dans l’Hérault, site du ministère de l’intérieur
– Résultats des élections cantonales de 2011 de Montpellier-9, site du ministère de l’intérieur
– Résultats des élections législatives dans le Gard, site du ministère de l’intérieur, 5e circonscription (Richard Roudier) ; 6e circonscription (Olivier Roudier)
– Résultats des élections sénatoriales de 2014 dans l’Hérault, site du ministère de l’intérieur

Saluts nazis, coups de couteau, action chocs

– Condamnation d’Olivier Roudier pour insultes et saluts nazis : « Saluts nazis, insultes racistes : 6 mois ferme pour le militant d’extrême droite », Midi Libre, 26 juin 2012
– Condamnation de Martial Roudier pour coups de couteau : « Nîmes : rixe idéologique : deux ans de prison ferme », Midi Libre, 14 juin 2013
– Agression d’élu de Bessan : « La gerbe de trop des ‘‘identitaires’’ », Midi Libre, 31 juillet 2005 ; « Bessan pleure son retraité flingueur », Libération, 1er août 2005 ; « Montpellier : la Ligue du Midi refait parler d’elle en attaquant une association humanitaire », La Horde, 11 juillet 2017
– Vol de produits halals : Les identitaires de la Ligue du Midi dévalisent un rayon halal, vidéo Youtube
– Tabassage de militants LGBT : « Manif pour Tous à Montpellier, 15 décembre : pendant que les enfants manifestent, l’extrême-droite tabasse », l’Humanité, 19 décembre 2013
– Saccage de l’association RAIH, en lien avec des migrants, à Montpellier : « Saccage de locaux associatifs à Montpellier : un mois de prison ferme », Midi Libre, 12 décembre 2017

« Rabas, tu pousses comme une plante, et un jour on va te cueillir »

– Action de la Ligue du Midi, au nom du « mouvement anti-rabas », en juillet 2013 à Sumène : « Sumène en “Transes” : la racaille agresse les pompiers et assiège la gendarmerie », Ligue du Midi, 1er août 2013

Coup de pression contre une enseignante

– Article de la Ligue du Midi mettant en cause une enseignante de Sumène et une intervenante de la Cimade : « Sumène (30) : des faussaires à l’école publique : », Ligue du Midi, 29 janvier 2018

Errance idéologique, impuissance politique

– Rassemblement de la Ligue du Midi en octobre 2016 à Montpellier : « Les pro et anti-migrants manifestent au même moment à Montpellier », France Bleu, 8 octobre 2016 ; « Pro et anti migrants battent le pavé au Peyrou », France 3 Occitanie, 8 octobre 2016
– Article de la Ligue du Midi sur la nécessité de « reconsituter des micros contre-sociétés » : « ‘‘État -Presse d’État- Antifas’’, même combat !!! », Ligue du Midi, 10 janvier 2018
– Article de la Ligue du Midi sur la nécessite de la « prise le pouvoir » : « Calais : préfiguration de la France périphérique », Ligue du Midi, 5 février 2018
– Pot de l’amitié des habitants de Sumène en octobre 2012 : « Face à la haine, des habitants appellent au calme », Midi Libre, 14 septembre 2012

 

Share on FacebookPartager
Mis en ligne le 03 mars 2018