Montpellier : 300 personnes manifestent pour dénoncer les agressions contre les LGBTQI+

Montpellier poing Info, le 28 octobre 2018 – Bravant la pluie, environ 300 personnes ont manifesté entre la place de la Comédie et la préfecture hier soir à partir de 18h à l’appel de l’inter-association LGBTQI+ Fierté Montpellier (lesbien, gay, bi, trans, queer, intersex). L’objectif principal : dénoncer la multiplication des agressions pour des raisons d’orientation sexuelle. Après une prise de parole devant la préfecture, les portraits tuméfiés de victimes d’agressions ont été accrochés aux grilles du bâtiment.

Un rassemblement associatif

Lucas, membre de l’association LGBTQI+ universitaire Narval-UM (université de Montpellier), souligne que « le rassemblement est organisé par SOS homophobie Délégation Languedoc-Roussillon et la Fierté, qui est une association regroupant de nombreuses autres associations LGBTQI+de Montpellier. Elles sont toutes LGBTQI+, mais ont chacune leur spécificité, une page internet les présente. » Il tient à présenter celle qu’il anime avec quelques amis sur le campus de la faculté de sciences : « On est une nouvelle association de l’UM recoupant les valeurs et amitiés LGBTQI+. On essaie de faire de la prévention et de la sensibilisation, surtout avec des évènements culturels sur les différents campus. Il y a aussi un aspect convivial, histoire de lutter contre l’isolement des personnes LGBTQI+. On essaie d’élargir aux thématiques du genre et de la sexualité en général. Par exemple sur les MST (maladie sexuellement transmissible, ndlr). On n’est pas dans une approche communautaire, on essaie d’ouvrir à toutes les personnes. On essaie de faire des permanences, mais on manque de gens pour les tenir, s’il y a des volontaires, l’aide est bienvenue… »

« Un retour en arrière digne du Moyen-âge »

Devant la préfecture, les associations ont fait un point sur une situation préoccupante d’augmentation des violences contre les LGBTQI+, tout en appelant les pouvoirs publics à prendre des mesures énergiques et efficaces : « Cette rentrée 2018 marque une inversion de la dynamique et un retour en arrière digne du Moyen-âge, une chasse aux sorcières. Il y a en moyenne une agression de ce type toutes les 72 heures d’après SOS Homophobie, soit une augmentation de 15% par rapport à l’an passé. C’est ensemble que nous devons avancer, en étant nous même sans peur, en alertant les pouvoirs publics pour une réaction forte et rapide,  pour que notre société progresse, que le débat s’ouvre sur les idées inclusives, que la législation évolue. »

Une énumération glaçante des derniers cas d’agressions violentes recensées en France a été lue : « Le 24 juillet à Arles, le 27 juin à Lille, en juillet à Besançon, le 29 juillet à Poitiers, le 7 août à Compiègne, le 13 août à Toulouse, le 17 août à Paris, le 19 août à Bordeaux, le 2 septembre à Lille, le 2 septembre à Nantes, le 7 et le 8 septembre à Nîmes, le 15 septembre à Paris, le 18 et le 23 septembre 2018 à Paris, le 6, le 8, le 14, le 16 et le 20 octobre 2018 à Paris, le 15 à Besançon. Et il y a sans cesse de nouvelles agressions, et récemment à Montpellier. » Des conseils sur le comportement à adopter dans ce type de situation ont été prodigués : « Si vous êtes victimes d’agression, faîtes du bruit pour mettre en fuite l’agresseur et attirer d’autres personnes qui pourraient vous porter secours. Sortez avec un sifflet, ayez-le toujours à la portée de la bouche. Plus bruyant, il provoque un effet de surprise mettant en fuite les agresseurs. Si vous êtes témoins d’une agression, essayez de venir en aide à la victime en soufflant aussi fort que possible dans votre sifflet et en criant pour attirer l’attention. N’hésitez pas à appeler les secours, le 112, et laissez vos coordonnées à la victime. »

L’ancienne région Languedoc-Roussillon semble particulièrement touchée, avec une augmentation de 93% des signalements pour agression verbale à caractère homophobe entre 2016 et 2017. Et vingt témoignages de violences recueillis par SOS Homophobie dans l’Hérault en 2017. Une nouvelle manifestation a été appelée à 18h pour le 1er décembre, journée mondiale de lutte contre le sida. Rappelons également que maître Dauguet, avocate en droit pénal au barreau de Montpellier, tient à destination des personnes LGBTQI+ une permanence juridique sur rendez-vous à la Maison des LGBT.

Pour en savoir plus :

Rapport annuel 2018 de SOS Homophobie
« Lesbo et transphobie : deux piliers de la domination hétérosexuelle », Le Poing, 3 janvier 2018

 

Share on FacebookPartager
Mis en ligne le 28 octobre 2018